Vers la régularisation de la pêche dans le lac Albert, Abdallah Penembaka signe un Arreté de réglementation.

ActualitésPublished February 8, 2017 at 6:34 pm No Comments

Le gouverneur de l’Ituri vient de rendre public le Mercredi 24 août 2016, un arrêté réglementant la pêche sur le Lac Albert. L’arrêté signé depuis le 23 août 2016 contient plusieurs dispositions entre autre les matériels de pêche autorisés, les zones de reproductions des poissons ainsi que la période de l’ouverture et celle de la fermeture de pêche sur le Lac Albert.

Cet arrêté de la Province de l’Ituri contient 74 articles. Parmi les matériels des pêches autorisés figure notamment le filet mayas de surface à sardine soit de plus de 3 Cm, filet dormant de fond appelé communément « guba » plus de 4 Cm, hameçon dont le numéro est inférieur ou égale à 16, filet saine communément appelé Ndiya dont l’œil appelé « mbavu » est de 5 Cm ou plus et le sac 4 Cm.

Apres 2 ans le filet Ndiya sera déclaré prohibé et retiré de lac Albert précise l’arrêté. Le matériel de pêche interdit sont notamment la pêche avec moustiquaire, le filet communément appelle « mbarasasa », pêche à tam-tam, pêche dite de « bigoro » et l’usage de tout produit chimique. Quant à la zone de reproduction des poissons, c’est strictement interdit de naviguer ou de construire des habitations dans ces zones de frayeur qui sont notamment Semuliki, Kapuru dans le territoire d’Irumu ; Ndaro, Kakoy et Tindi dans le territoire de Mahagi. Par ailleurs le calendrier de l’ouverture et de la fermeture de pêche tel que inscrit dans l’article 64 du présent arrêté se présente comme suit : première ouverture de 1 décembre jusqu’au 28 et  29 Février. Deuxième ouverture, du 01 janvier jusqu’au 31 août. Première fermeture se situe entre le premier Mars jusqu’au 31 Mai et la deuxième fermeture c’est du premier septembre jusqu’au 30 Novembre de chaque année. Cependant nul ne peux exercer la pêche au Lac Albert sans être munis d’un permis de pêche, ajoute l’Arrêté. Les contrevenants aux présentes dispositions sont  passibles de peine allant de 10 mille à 500 mille Franc Congolais ou d’une servitude pénale ne dépassant pas 1 mois précise l’arrêté de l’autorité provinciale. »

Leave a Reply

(required)

(required)